GALRY - Everything but a gallery

Coup de projecteur sur une artiste habitée

Galry a l’honneur d’accueillir Anne-Laure Maison au sein de son écurie d’artistes

rencontre artistique …

« La première fois que nous nous sommes rencontrées avec Anne-Laure Maison, c’était en 2011dans le 7ème arrondissement de Paris. Nous avions ainsi rendez-vous à la Galry, située alors dans la mythique rue de Verneuil, non loin du Musée d’Orsay et toujours habitée par l’âme de Gainsbourg. J’ai tout de suite été séduite par le travail et la personnalité d’Anne-Laure. Depuis, je n’ai eu de cesse de suivre l’évolution de son travail. Je suis heureuse aujourd’hui de la représenter. » Stéphanie Moran, fondatrice de Galry.

Vue intérieure de Galry, rue de Verneuil, oeuvre de Stéphanie Guglielmetti

… avec Une artiste engagée

Anne-Laure Maison est une artiste française pluridisciplinaire. Sa « marque de fabrique » est son nom « Maison » . Ce  dernier conditionne intensément son questionnement et sa recherche créative.
Après un diplôme de designer d’espace aux Beaux-Arts de Toulouse, elle débute sa carrière en agence d’architecture. Puis en 2004 et 2005 elle mène une résidence au Pavillon du Palais de Tokyo. C’est un élément déclencheur qui la conduit alors à se consacrer exclusivement à sa pratique artistique.

Anne-Laure Maison – Tableaux d’intimité – Bruxelles – Photomontage numérique, 90x90cm, contrecollage aluminium + chassis

Fascinée par la façon dont les Hommes vivent dans ce monde et profondément habitée par son propre nom de famille, tout son travail parle d’architecture. Il est question du rapport entre l’homme et le construit, de la façon dont il se l’approprie…Sa série Tableaux d’intimités présente ainsi une vue extérieure sur fenêtres et laisse à entrevoir les scènes intimes vécues de l’intérieur.
Quant à ses collages “Femme-Maison”, ils questionnent l’image de la femme contemporaine, forte, libre et autonome, capable de porter sa propre architecture… sa maison.

Anne Laure Maison – Série « Femme Maison » – Bang bang – Collage sur papier noir, encadré – 26 x 32 cm

Fières de ce qu’elles sont et revendiquant leur émancipation, ces allégories s’affichent sur les murs des villes que l’artiste urbaine contemporaine traverse.